Adèle Haas

Études/Formation

Architecte

Profession

Cheffe du département

technique

Commune de Pétange

Âge

48 ans

Enfants

3

MOTIVATIONS ET PERCEPTIONS

 

Comment vous est venue l’idée de vous orienter vers une profession où les femmes sont encore peu présentes ?

Qu’est-ce qui vous attirait plus particulièrement ?

Ce choix s’est fait intuitivement étant donné qu’en 1983 les bacheliers recevaient très peu d’informations sur les débouchés universitaires. Je me suis orientée d’abord vers l’architecture de l’intérieur, pour changer après une année vers l’architecture, sachant que les débouchés étaient nombreux à l’époque. J’avais toujours un penchant vers une activité créative, le côté « non –typique » de cette profession ne me préoccupait pas  du tout, je voulais me lancer dans ce défi.

 

Au moment du choix, est-ce qu’il y avait certains aspects qui vous ont fait hésiter ?

Partiellement parce qu’on est à la merci d’une clientèle qui change  et d’un horaire de travail irrégulier.

 

Est-ce que votre activité professionnelle correspond à ce que vous aviez imaginé ?

Je n’ai pas regretté d’avoir choisi la profession d’architecte, même en tant que fonctionnaire, elle me permet de
rester créative (même  par l’intermédiaire des bureaux d’études avec lesquels je travaille), de communiquer avec
beaucoup de gens et surtout de pouvoir changer de projets et d’intervenants régulièrement.

 

Comment votre famille, vos amis vous perçoivent-ils ?

Ils s’interrogent en effet sur la quantité des heures que j’arrive à travailler tout en m’occupant de trois enfants à la
maison (40 heures par semaine avec un après-midi de libre sur base d’un horaire mobile). Ils me confirment un
certain équilibre, que j’essaie de maintenir en faisant du sport et d’autres activités (ciné, voyages, rencontres avec
des amis).

 

ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE

 

Veuillez décrire brièvement votre travail

En tant que cheffe de département, je suis en charge de la direction du service technique , laquelle consiste en deux tâches principales :

 

- assurer le suivi administratif et financier des projets et chantiers extraordinaires pour lesquels la commune est le maître d’ouvrage (présence lors des réunions de chantiers, contrôle du respect des délais et du budget voté) et en reporter au collège échevinal ;

- direction du service, c.-à-d. surveiller les travaux et tâches des ingénieurs , briefing hebdomadaire.

Quelles qualités faut-il avoir pour exercer votre métier?

Pour diriger une équipe il faut pouvoir se mettre à la place de ses collaborateurs, avoir de la discipline (comme on doit être un bon exemple), ne pas hésiter à défendre son point de vue en assumant les critiques sans réagir d’une façon trop impulsive, bien se préparer pour les diverses réunions.

 

En cas de difficultés, quelles stratégies utilisez-vous pour les surmonter?

Je consulte l’avis de collègues, de mon mari (qui dirige également une équipe), j’évite de réagir de suite en  laissant passer une ou plusieurs journées avant de prendre position. Des talents de psychologue sont des fois requis, alors qu’il faut s’interroger fréquemment sur les attitudes et motivations des collègues.

 

APPRÉCIATION PERSONNELLE

 

 

Selon vous, le fait d’être une femme est-il un handicap lorsqu’on veut exercer ce métier ?

D’une manière générale les femmes doivent assumer une double tâche, à savoir la vie de famille et leur profession. Contrairement aux hommes qui arrivent, pour la majeure partie, à bien dissocier leur carrière professionnelle de leur vie de famille, les femmes aspirent davantage à satisfaire « tout et chacun », ce qui va au détriment de la qualité des tâches à exécuter et de leur équilibre personnel. Ceci est d’autant plus difficile lorsqu’on exerce une profession libérale alors que  les horaires ne sauraient être réguliers et le travail « non fait » pèse lourd si l’on doit l’exécuter en soirée ou les week-ends.

 

Comment expliquez-vous qu’il y ait encore peu de femmes à choisir cette profession?

Pour les raisons que j’ai évoquées au point précédent. Pour réussir il faut être disponible non seulement pendant les heures de bureaux mais «  se montrer » en public en soirée et les week-ends pour entretenir sa clientèle.  Pour ma part, j’ai la chance d’être architecte - fonctionnaire, ce qui me permet de concilier ma profession avec ma vie de famille.

 

Que devrait-on changer pour la rendre plus accessible et plus attrayante aux femmes ?

La profession d’architecte est attrayante si l’on travaille soit en tant que salarié, ou bien à tâche partielle en tant qu’indépendante.  L’attraction ne devrait en aucun cas  dépendre de la notoriété qu’on espère acquérir dans la vie professionnelle.

 

Quel message adressez-vous aux jeunes filles qui sont en train de s’orienter professionnellement ?

Pour celles qui hésitent,  il vaut certainement mieux faire des stages dans les branches qui les intéressent, s’interroger et questionner les personnes qui ont de l’expérience avant de se décider.

Faire un choix selon leur envie, même si les études sont longues et difficiles. L’endurance s’apprend.

 

 

Retour Témoignages

Retour Témoignages