Christine Leick

Études/Formation

RWL German Flight Academy

Profession

Copilote

Cargolux Airlines S.A.

Âge

32 ans

Enfants

/

MOTIVATIONS ET PERCEPTIONS

 

Comment vous est venue l'idée de vous orienter vers une profession où les femmes sont encore peu présentes? Qu'est-ce qui vous attirait plus particulièrement?

Petite, j’étais déjà passionnée par l’aviation. J’adorais voyager, en particulier prendre l’avion pour partir en vacances. Quand j’avais huit ans, ma famille a déménagé aux États-Unis. C’était la première fois que j’ai pris l’avion pour un aussi long trajet, et, avec mes frères et sœurs, j’ai eu la possibilité d’accéder au Cockpit et de parler aux pilotes pendant le vol. C’était une expérience inoubliable ! Depuis, l’idée de devenir pilote est toujours restée présente dans mon esprit…

 

Au moment du choix, est-ce qu'il y avait certains aspects qui vous ont fait hésiter?

Le métier de pilote est, encore maintenant, quelque chose qui paraît un peu inaccessible, surtout pour les femmes. J’avais peur d’être déçue si je n’étais pas recrutée par une école d’aviation, et bien sûr j’avais peur d’un échec pendant la formation. La formation de pilote est très chère, j’avais peur de m’endetter. Donc, après le baccalauréat, j’ai d’abord entamé des études d’ingénieur. Mais, même si ces études m’ont beaucoup plu, l’envie de piloter des avions était trop forte pour que je l’ignore! J’ai tenté un concours de recrutement d’une compagnie allemande et quand j’ai été prise, il n’y avait plus d’hésitation !

 

Est-ce que votre activité professionnelle correspond à ce que vous aviez imaginé?

Absolument ! C’est un métier passionnant et diversifié, qui me donne la possibilité de voir le monde entier. Je n’ai jamais regretté d’avoir choisi cette voie.

 

Comment votre famille, vos amis vous perçoivent-ils?

Ma famille, surtout ma mère, qui dit que j’ai l’aviation dans le sang, est très fière de moi. En effet, mon grand-père Fred Welter était un des membres fondateurs de l’aéroclub de Luxembourg, donc je suppose que la passion pour l’aviation me vient de lui !

De façon générale, les réactions que je reçois sont plutôt positives, mais il est vrai que pour mes amis et surtout mon fiancé, c’est parfois difficile de gérer mon emploi du temps un peu décalé, aussi que je sois partie faire le tour du monde pendant dix jours…

 

ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE

 

Veuillez décrire brièvement votre travail.

Une bonne heure avant le vol, je rencontre mon collègue, le capitaine du vol, dans les bureaux de Cargolux. Le
« Dispatch » nous fournit tous les documents nécessaires, à savoir le plan de vol, les informations météorologiques pour notre route, les données de notre destination, le poids et la distribution du fret dans l’avion…

Arrivés dans l’avion, il s’agit d’abord de vérifier s’il n’y a pas de problèmes techniques puis d’entrer toutes les données du plan de vol dans l’ordinateur de bord. Ensuite il faut  vérifier la procédure de départ avec l’aéroport et calculer la performance de l’avion au décollage.

Quand l’avion est chargé et les portes fermées, le vol peut commencer ! Le décollage et l’atterrissage se font toujours manuellement, tandis que pendant le vol nous utilisons le pilotage automatique. Il s’agit alors d’observer, de réagir s’il y a des changements sur la route et de garder contact avec les contrôleurs aériens.

 

Arrivés à destination, la descente et l’atterrissage sont, pour moi, les parties les plus intéressantes du vol. Il faut bien gérer l’altitude et la vitesse de l’avion pendant l’approche et l’atterrissage. Selon les conditions météorologiques, le poids de l’avion et l’aéroport, les réactions de l’avion varient énormément ! Chaque vol est différent.

 

Une fois arrivé à notre parking et les réacteurs éteints, les mécaniciens et les responsables du chargement du fret prennent en charge l’avion jusqu’à l’arrivée du prochain équipage qui prendra la relève.

 

Quelles qualités faut-il avoir pour exercer votre métier?

Pour être pilote, il faut d’abord avoir un bon sens de l’orientation. C’est aussi important de savoir gérer plusieurs
tâches à la fois (multitasking), d’avoir de bonnes réactions et de savoir prendre des décisions rapidement. S’il y a
un problème technique, on n’a pas de temps pour réfléchir, il faut réagir immédiatement ! Il faut aussi savoir travailler sous pression.

 

En cas de difficultés, quelles stratégies utilisez-vous pour les surmonter ?

En tant que pilote, il faut souvent faire face à des situations de stress et de pression. Pour y être habitués, nous nous exerçons deux fois par an dans le simulateur qui reproduit des situations dangereuses dans lesquelles nous pourrions nous trouver lors d’un vol. Le tout, pour moi, est de garder le calme et de bien travailler avec mon collègue. Nous sommes une équipe, et nous sommes plus efficaces pour surmonter toutes difficultés à deux !

 

APPRÉCIATION PERSONNELLE

 

Selon vous, le fait d'être une femme est-il un handicap lorsque l'on veut exercer ce métier?

Au contraire, je crois que de nos jours les compagnies aériennes encouragent les femmes à choisir ce métier et cherchent à les recruter. Mes collègues réagissent en général de façon très positive quand ils voient qu’ils ont une femme copilote.

 

Comment expliquez-vous qu'il y ait encore très peu de femmes à choisir cette profession?

« Pilote, c’est un métier d’homme ! ». Cette idée persiste encore dans l’esprit commun et rend donc cette option difficilement envisageable pour certaines jeunes filles. On croit aussi qu’il faut être très doué en maths ou en physiques, ce qui n’est pas vraiment le cas. C’est un métier technique, certes, mais il y a beaucoup de femmes qui s’y intéressent. Le tout, c’est d’oser !

 

Que devrait-on changer pour la rendre plus accessible et plus attrayante aux femmes?

Je crois qu’en informant mieux les jeunes filles et en leur montrant en quoi consiste vraiment ce métier, on pourrait dissiper quelques-uns des mythes qui y sont associés. Elles verraient ainsi qu’il n’y a rien à craindre et que c’est tout à fait accessible aux femmes.

 

Quel message adressez-vous aux jeunes filles qui sont en train de s'orienter professionnellement?

Il ne faut pas se laisser impressionner par les clichés associés à certains métiers. Les femmes peuvent choisir n’importe quelle profession, si elles sont déterminées et passionnées !

 

Retour Témoignages

Retour Témoignages